clutch

Pop art recyclé

Le Pop art…

Ce mouvement artistique si connu, ayant marqué la fin des années 50 et le début des années 60. Couleur vive, ironie, parodie, hommage à des produits de tous les jours, sortis de leur contexte pour en faire une œuvre d’art. Les emblèmes du Pop art sont nombreux et sont encore aujourd’hui réutilisés, remaniés, réinterprétés… recyclés?

Du Pop art recyclé? Pour le meilleur ou pour le pire?

Dernièrement, Jeremy Scott roi de la parodie, s’en est donné à cœur joie dans sa collection pour Moschino. Il propose une version hybride de tous les clichés de la maison Chanel en les parodiant dans des allures de Ronald McDonald, robes coutures aux imprimés de céréales Froot loops, Gummy bears et craquelins au fromage. Même Bob l’éponge était de la partie. Éloge à la Junk culture? Peut-être. Hommage à l’élégance? Sûrement pas.

Bien que j’apprécie l’humour en mode, une collection comme celle-ci me rend mal à l’aise. Entre Karl Lagerfield qui défile son automne 2014 dans un décor d’épicerie et Jeremy Scott qui  fait des robes de gala Budweiser, je me dis que l’industrie semble essoufflée et je me demande what’s next?

Pourquoi je parle de tout cela? Avez-vous remarqué le sac à main de mon look d’aujourd’hui? Il est fait de sacs de croustilles recyclés! Je dois dire que je me suis vraiment laissé charmer par le côté Pop art, éclaté, mais durable de ce petit sac à main. Après quelques recherches, j’ai découvert les sacs Ecoist, qui utilise, papier de bonbon, emballage M&M, canette de cola et j’en passe pour créer leurs propres sacs qui sont des plus désirables. Le résultat est vraiment surprenant.

Je vous laisse sur cette question, avez-vous déjà porté la même couleur de la tête au pied? Reculons d’une saison et laisser vous convaincre par la poésie de l’uni-couleur de Frida Gianni pour  Gucci printemps 2013.

Veston : Acheté pour 12$
Ensemble une pièce : Acheté pour 8$
Soulier : Acheté pour 6$
Sac à main : Acheté pour 4$
Boucle d’oreilles : 2$

Valeur totale de ce look : 32$

Look photo : Bruno Berthelet

Look à saveur Lacoste

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai l’impression que lorsqu’on magasine seconde-main, on le fait un peu de façon compétitive. On veut trouver l’item qui vaut cher et que l’on payera pour le dixième du prix. Ne serait-ce qu’uniquement pour le plaisir de se faire complimenter et répondre d’un remerciement tout en révélant le prix et l’endroit de l’achat.

Aujourd’hui je vais me gâter de ce petit plaisir de la vie en vous révélant que ce que je porte, ce n’est, non pas une, mais deux chemises Lacoste. Quelles sont les chances de trouver en deux exemplaires, le même modèle, la même grandeur, mais de couleurs différentes? Je dirais très faible. Le pris 7$ chacune!

Alors juste pour le plaisir, parlons Lacoste. La marque a été fondée en France au début des années 30 par deux acolytes. Acolyte #1 : André Gillier, qui n’est rien de moins que le créateur du polo et de la maille qui le constitue. Il est également un précurseur dans différents domaines, notamment dans ses politiques salariales et fut le premier à instaurer le congé payé. Acolyte #2 : Renée Lacoste, célèbre joueur de tennis, il fut surnommé : le crocodile par la presse américaine à cause de sa ténacité sur un court de tennis à ne jamais lâcher sa proie. Le crocodile, deviendra le symbole de la marque et Lacoste sera la première marque de sport à afficher son logo à l’extérieur du vêtement. Renée Lacoste maria plus tard une championne de golf, ce qui explique peut-être le succès du polo Lacoste dans ce sport.

Je vous laisse sur le défilé Automne 2014 de la marque et si le cœur vous en dit visionnez ce petit vidéo représentant le fantasme de la marque, de ce qui pourrait être le polo Lacoste du futur.

Lunette de soleil : Acheté pour 3 $
Shoes : Acheté pour 6 $
Jeans lilas : 7 $
Bracelet : 2 $
Boucle d’oreilles : 2 $
Sac à main : Acheté pour 5 $
Chemises : Acheté pour 7 $

Valeur totale de ce look : 33 $

Look photo Bruno Berthelet